Tel-Aviv – Jérusalem en une demi-heure

Un appel d’offres à été lancé par le ministère des transports et Israel Railsways en vue de l’élaboration d’une nouvelle gare routière à côté de la tahana mercazit (gare centrale) de Jérusalem. Le concept est simple, il s’agit de construire une ligne ferroviaire à grande vitesse pour relier Jérusalem à Tel-Aviv en 28 minutes. Le coût du projet s’élève à 7 milliards de shekels.

 

F090905SL01-635x357

La gare « HaUma »  fera 80 mètres de profondeur et servira également de miklat (abri atomique) en cas d’attaque, pouvant recueillir jusqu’à 2.000 personnes en cas d’urgence.

La gare comprendra quatre plateformes de 300 mètres, des escalators et 35 ascenseurs. A la fin de sa réalisation, la nouvelle gare sera la plus grosse plateforme de transport du pays. Le terminus comptera des stations de bus, deux arrêts de tramway, des stations de taxis et un parking de 1000 places.

Le train à grande vitesse passera par Modiin, Latroun et par l’aéroport Ben Gourion. Il y en aura quatre par heure aux heures de pointe. Si le système a du succès deux passages de plus seront ajoutés pour proposer aux voyageurs 6 liaisons par heure entre Jérusalem et Tel-Aviv. La vitesse du train sera de 160km/h.

Selon le ministère des Transports, le projet s’avère être grandiose tant au niveau pratique qu’au niveau architectural. Actuellement les 680 ingénieurs qui travaillent sur le concept mettent en place la plus longue ligne, un des plus grand viaduc d’Israël et un double tunnel de 11km de long.

Malgré son aspect très attrayant, le projet a été controversé par des groupes environnementaux qui ont tenté d’obliger les planificateurs à construire un tunnel sous la rivière d’ Yitlat au lieu de passer au-dessus d’un pont. La Commission de planification du ministère de l’Intérieur s’est prononcée en faveur d’Israël Railways.

Le train traversera   » la Ligne verte » deux fois : près de Latroun et une fois près de Mevasseret Zion, ce qui soulève les critiques des groupes de gauche et pro-palestiniens israéliens à l’étranger. Une société allemande a même conseillé d’annuler le projet face à la pression des militants pro-palestiniens. L’estimation initiale était de 3,8 milliards de NIS  mais elle a augmenté de quelques milliards de shekels, un investissement public supplémentaire étant nécessaire pour la construction.

Le système devrait être opérationnel d’ici fin 2017.

Thierry Naccache pour Tel-Aviv-

Print Friendly