Israël , premier exportateur de drones mondial. Dans un hangar du centre d’Israël, les travailleurs peinent à concevoir l’un des avions les plus controversé au monde. Des dizaines de montages de drones dotés de capteurs évolués, de caméras et de lasers sont confectionnés avant d’être expédiés aux militaires.

 

1714807_3_2136_un-drone-mq-1b-predator-sur-une-base_8c4626ff0c752feaeead99d7b53defb8

Alors que dans la plupart des pays,  les drones sont souvent jugés comme moralement et légalement répréhensibles, en Israël, ils ont la part belle et sont même source de fierté. Israël ( pionnier dans la technologie de drone) est le premier exportateur de drones, ce qui le met en position de force alors que l’industrie ne cesse de croître.

Un rapport du cabinet de gestion Frost & Sullivan a déterminé cette année qu’ Israël est désormais le plus grand exportateur de drones, devant les géants de l’aérospatiale américains. Sur la période de 2005 à 2012, Israël a exporté l’équivalent de 4,6 milliards de dollars en drones y compris les aéronefs, les systèmes d’exploitation et de commandement et les caravanes de contrôle.  Sur la même période, les ventes des Etats-Unis n’ont pas dépassé les 3 milliards de dollars.

Depuis, les fabricants de drones israéliens ne révèlent plus les chiffres de vente précis. Les estimations se basent sur le nombre de drones vendus et  sur la valeur globale des contrats qui ont été annoncés au cours de la période de sept ans. Les experts du secteur n’ont pas pu confirmer les chiffres du rapport, mais Frost & Sullivan est une source fiable et ses conclusions reflètent qu’Israël est numéro un dans le domaine.

Israël est bien positionné pour l’avenir. Les analystes voient la demande de drones militaires, quadrupler au cours de la prochaine décennie. Leur succès et leur utilité dans les guerres d’Irak et d’Afghanistan ont été certains: ils ont été largement utilisés par les forces occidentales pour attaquer les militants . Des pays comme l’Italie, l’Allemagne et l’Afrique du Sud, exportent également leurs drones et des dizaines d’autres ont commencé à fabriquer les leurs.

Les dépenses mondiales pour cette technologie sont de 6,6 milliards de dollars cette année  et on estime à 11,4 milliards de dollars en 2022, selon le Teal Group,  analysant l’industrie aérospatiale.

Alors que les Etats-Unis font face à des critiques sur l’utilisation de ses drones dans les attaques de missiles meurtriers contre les militants, en Israël, ils sont utilisés de plus en plus fréquemment lors d’opérations.

Les responsables de la défense disent que les vols en drones représentent la moitié de la totalité du temps de vol de l’armée. Leu usage s’est avéré essentiel dans les deux dernières guerres dans la bande de Gaza, offrant à ses troupes une vision des ennemis dans des zones urbaines congestionnées du territoire palestinien, et ont épargné la mort à des dizaines de soldats. Ils permettent aussi de garder un œil sur la  Syrie et le Liban voisin.

Les Palestiniens affirment que les drones israéliens, comme leurs homologues américains, peuvent tirer des missiles et ont effectué des dizaines de frappes aériennes qui ont tué des civils ainsi que des militants. Israël ne dit pas si les drones qu’il utilise peuvent tirer des missiles, mais les experts étrangers pensent que oui. Les drones israéliens exportés, sont aussi soupçonnés d’être utilisés uniquement pour la surveillance sans posséder de capacités d’attaque.

« Les entreprises israéliennes sont très bonnes et très avancées pour rendre les systèmes performants car ils ont été constamment en guerre », a déclaré Michael Blades, un analyste de l’industrie qui a rédigé le rapport de Frost & Sullivan.

Israël a d’abord fait un large usage de drones au cours de la guerre du Liban en 1982, il a développé cette technologie suite aux échecs dans la guerre de 1973 au Moyen-Orient. Durant ce conflit, l’armée de l’air israélienne a subi de lourdes pertes, et les responsables de la défense ont cherché une solution qui leur permettrait d’identifier les batteries de missiles anti-aériens avant d’envoyer des avions de chasse.

Depuis, les compagnies israéliennes, comme Israel Aerospace Industries, Elbit Systems et Aéronautique systèmes de défense, ont commencé à produire des drones et à les vendre, dans un premier temps à l’armée israélienne, puis dans le monde entier. Les drones israéliens ont volé dans des zones de conflit, de l’Afghanistan au Mali.  La Grande-Bretagne et le Brésil sont parmi leurs plus gros clients.

«Nous existons grâce au marché international », a déclaré Shmuel Falik, qui commercialise des drones pour IAI État.  IAI est considéré comme le premier exportateur sans pilote de système aérien israélien par Frost & Sullivan, il vend des drones à 49 clients dans le monde et explique  que 80% de ses produits sont destinés aux marchés étrangers.

Lors d’une récente visite de l’Associated Press dans le complexe tentaculaire IAI dans le centre d’Israël, quelques-unes des technologies de pointe de l’entreprise  leur ont été dévoilées . IAI a produit un des plus grands drones au monde, le Heron TP, qui a une envergure de 26 mètres et peut atteindre l’Iran. Un autre, le Heron 1, peut rester dans l’air pendant environ 45 heures.

Pour recevoir les nouveaux articles de Tel-Avivre, une fois par jour, inscrivez-vous à notre Nouvelle Newsletter.

Les filiales de l’IAI produisent  des radars sensibles qui peuvent balayer des pans de territoire, même dans des conditions météorologiques inopportunes. Le logiciel peut détecter les mouvements en temps réel sur le terrain. Un laser à partir d’un drone peut aussi guider un missile tiré par un jet à proximité. Tandis que les caméras transmettent des images de haute définition de l’activité ennemie.

IAI a aussi fait preuve de créativité lors de la vente d’avions. Des contrats de location à court terme ont été signés avec un certain nombre de pays, dont le Canada et l’Australie, qui ont utilisé les drones en Afghanistan.

Selon des experts, les entreprises israéliennes bénéficient d’un lien fort avec l’armée. L’excellence en matière d’exportation de drones dont Israël fait preuve, lui a permis de se constituer une clientèle fidèle. Israël a également réussi à surpasser ses concurrents, comme General Atomics et Northrop Grumman, en partie parce que les règlements sur les produits de défense exportateurs sont plus strictes là- bas, selon les analystes.

Les constructeurs américains ont été en mesure de compter sur d’importants contrats du gouvernement américain. Mais les récentes compressions budgétaires dans le budget de la défense poussent les entreprises américaines à faire pression pour desserrer les règlements d’exportation, menaçant potentiellement la domination d’Israël.

Le marché  des drones civils va également monter en flèche car les avions peuvent être utilisés dans de nombreuses industries. Notamment dans le domaine de la surveillance pour les équipes SWAT de police. Les experts de l’industrie américaine prédisent le décollage d’un marché de plusieurs milliards de dollars pour des drones civils dès que la Federal Aviation Administration aura déterminé leurs règles de sécurité.

Le Congrès a ordonné à la FAA de fournir des drones avec un accès généralisé à l’espace aérien intérieur en 2015, mais l’agence est en retard dans l’élaboration des règlements.

« Tant qu’il continue de fournir des plateformes efficaces et performantes, Israël  maintiendra son avantage », a déclaré Blades, l’analyste.

Caroline Haiat pour -Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here