La justice israélienne vient de confirmer que les services de sécurité de l’aéroport de Tel-Aviv, en Israël, avaient le droit de demander l’accès aux courriers électroniques des touristes.

Les agents de sécurité de l’aéroport de Tel Aviv pourront lire vos mails en cas de soupçons réels, et non pas pour s’amuser comme peut le laisser entendre toute cette presse bien pensante et bien intentionnée qui caractérise les médias français.

En cas de refus, ces derniers peuvent se voir interdire l’accès au territoire. Les détails de cette mesure ont été confirmés mercredi par le procureur général Yehouda Weinstein dans une réponse écrite à l’Association pour les Droits civils en Israël (ACRI).

tlvbengurion security

Cette dernière avait demandé au procureur, en juin 2012, des clarifications à propos d’informations émanant de la presse selon lesquelles des responsables de la sécurité de l’aéroport Ben Gurion avaient requis l’accès aux mails de touristes, avant de les autoriser à pénétrer en Israël. L’association précise que cette demande ne sera faite qu’en cas « de soupçons réels » et uniquement avec le consentement du touriste. En revanche, les services de sécurité ne peuvent pas demander le mot de passe d’accès à la boîte mail. Le procureur met en avant « un accroissement de la menace terroriste » pour justifier la légalité de cette nouvelle pratique.

Alors,comme on pouvait s’y attendre, les défenseurs des libertés individuelles crient au scandale et montent au créneau.

Certains vont jusqu’à parler d’hystérie sécuritaire mais tous ceux qui ont l’habitude de passer les contrôles à destination de l’aéroport Ben Gurion savent de quoi on parle. Il s’agit de vie ou de mort, les agents de sécurité ne jouent pas pour le plaisir et les questions des jeunes agents , dans le hall, avant  l’enregistrement ou même le passage des bagages aux rayons X, tout ça  peut paraître ennuyeux, long, inutile, drôle même, mais tous ces procédés ont fait leurs preuves. La sécurité coûte cher aux compagnies aériennes israéliennes, ou plutôt  à l’état israélien qui en finance maintenant 97.5% (voir notre article sur l’ouverture du ciel aérien en Israël) . On parle de centaines de millions d’euros par an. Et si un individu est suspecté sérieusement et qu’il souhaite ne pas divulguer sa boîte email alors, ce n’est pas au nom de la sacro sainte « liberté » que l’Etat d’Israel doit  prendre des risques inutiles, d’autant que l’ouverture du ciel signifie que toutes les compagnies aériennes du monde entier pourront voler vers Ben-Gurion sans toutes les précautions sécuritaires des compagnies israéliennes. Alors si une légère entrave à la liberté individuelle peut sauver une vie….

H.P. Benhamou – Tel-Avivre

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here