Yariv Horowitz a été agressé  jusqu’à perdre connaissance.

Yariv Horowitz, dont le film Rock the Casbah a remporté un prix au Festival du Film d’Aubagne, a été battu jusqu’à perdre connaissance ! 

horovitz

Yariv Horowitz a été attaqué par un groupe de jeunes musulmans et a été battu jusqu’à perdre connaissance lors du festival la semaine dernière, peu de temps avant que son film « Rock the Casbah » reçoive le prix spécial pour la meilleure photographie. Le film avait également remporté un prix au Festival international du film de Berlin.

Ce film témoigne de l’histoire de  jeunes soldats de Tsahal dans la Bande de Gaza pendant la première Intifada en 1989. Le film a été vivement critiqué par la droite israélienne et c’est un comble que Yariv Horowitz se fasse agresser car son film est loin d’être pro-israélien.

« Après la projection, nous sommes allés tirer de l’argent d’un guichet automatique quand un groupe d’adolescents arabes a commencé à crier et m’insulter. Ils m’ont jeté à terre et m’ont frappé. J’ai perdu conscience et ne me suis réveillé que quelques minutes plus tard.  »

Horowitz a refusé les soins médicaux et n’a pas déposé  plainte au commissariat. «Je n’ai pas envie de passer toute la nuit au poste, je ne sais pas si l’attaque est à caractère raciste, mais c’est très déroutant car j’ai été très critiqué en en Israël  et en France, je suis agressé par de jeunes musulmans! ».

Jeremy Gozlan – Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

5 COMMENTS

  1. Nous sommes réellement surpris de la désinformation autour de ce fait divers qui se transforme, au fil des sites d’informations, en un drame antisémite.
    Il ne suffit pas de dire « les autorités » pour justifier des mensonges tels ceux que l’on peut lire sur ces « sites d’informations ».
    Nous étions sur place lors de l’agression du réalisateur Yariv Horowitz le jeudi 21 octobre à 22h30. Il ne nous appartient pas de juger à qui revient la faute et aucune agression n’est excusable. Mais il convient de rétablir certaines vérités :
    1 – Ce ne sont pas des hommes qui ont commis l’agression mais un jeune mineur qui était avec d’autres jeunes de son âge.
    2 – Celui-ci n’était pas arabe.
    3 – Les événements qui ont déclenché le coup (un seul coup) n’ont rien à voir avec une agression raciste.
    4 – Après avoir été aidé par les organisateurs du festival, Yariv Horowitz a été vu par les pompiers qui n’ont relevés qu’une blessure mineure. Ils lui ont proposé d’aller voir la police. Le réalisateur a refusé. Sa blessure étant minime il n’a pas souhaité non plus aller à l’hôpital.
    5 – Loin du lynchage, Yariv Horowitz a repris le cours du festival dès le lendemain et a participé aux différents événements jusqu’à la fin du festival.
    6 – Il est monté sur scène le soir de la remise des récompenses avec le sourire pour recevoir son prix : mention spéciale du jury pour la qualité de sa mise en scène.

    Nous ne souhaitons mettre en cause qui que ce soit, nous ne sommes pas juge. Nous avons souhaité sélectionner le film « Rock the Casbah » pour ses qualités, cinématographique et musicale, et parce qu’il faisait montre d’une certaine objectivité dans le conflit israélo-palestinien. En effet ce film a la grande qualité de ne stigmatiser aucun des camps.

    Nos affirmations sont étayées par des témoignages et des vidéos. Nous demandons au réalisateur Yariv Horowitz de démentir les propos qu’il a tenus dans le journal israéliens Haaretz et à plus de retenue dans ses allégations qui n’ont pour effet que de renforcer les communautarismes. Cet incident n’en vaut vraiment pas la peine.

    Nous appelons à la raison et demandons aux propagateurs d’informations de faire leur travail selon la déontologie du métier de journaliste et de ne pas attiser les haines à partir d’informations parcellaires et non vérifiées.

    • Vous admettez que Yariv Horowitz a ete agresse. Point final. Et pour ne pas faire le jeu de ce que vous appelez les communautarismes , vous niez la realite. Vous tenez a votre bonne reputation , on peut le comprendre. Cependant vous accusez implicitement la victime , Yariv Horowitz , de mentir.De fait vous faites preuve d’inversion : la victime devient l’agresseur et l’agresseur devient la victime. Pendant des annees la France a refuse de reconnaitre l’antisemitisme et les actes antisemites. Elle l’admet dorenavant du bout des levres. Le communautarisme n’existe pas. C’est un fantasme raciste. Il y a des antisemites et des victimes d’actes antisemites.La desinformation regnant en France fait penser a l’URSS.Vos assertions se contredisent : si Horowitz a ete agresse , il y a matiere a juger l’agresseur. Ce que vous refusez. C’est une ignominie de plus.Le probleme est un probleme francais. Ce n’est pas un probvleme juif.C’est la France et la communaute juive qui paiel eprix de vos aveuglements , mensonges et desinformations. Car personne n’a a recevoir de lecon de deontologie de votre part ( vos contradictions flagrants et votre mansuetude pour les agresseurs)_ et des medias officiels francais qui n’ont presque jamais fait preuve de deontologie et qui ont meme mis en scene de fausses informations ( affaire Al Dura).De plus , vous evoquez le sujet du film et votre choix , base sur des aprioris ideologiques. Quel rapport avec l’agression ? La volonte genocidaire antijuive dans une grande partie du monde arabe vous gene.Mais quel rapport avec l’agression ? Vous devriez avoir hone mais votre mauvaise conscience se retourne vers le plus faible , le juif ou l’israelien.

      • Ce que vous ecrivez est mensonger. Yariv Horowitz a ete attaque. Meme la directrice du festival l’admet.Il y avait donc matiere a mentionner cette attaque dans la presse francaise.Est ce que l’attaque etait antisemite ? pour l’instant cela n’est pas clair. Yariv Horowitz a d’ailleurs repondu a la directrice du festival aujour dhui et maintient qu’il a ete attaque ce que confirme la directrice d’ailleurs et ajoute qu’il n’a jamais dit que l’attaque etait antisemite. Que c’etait seulement une possibilite.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here