1. Obtenez un accord de principe de la banque avant de signer le contrat de vente, car contrairement à la France, ne pas obtenir un financement bancaire n’est pas une clause suspensive (vous devrez une indemnité équivalente à 10% du montant de la vente au vendeur, si vous ne pouvez pas aller au bout de la vente)

2. La banque ne donnera son accord définitif et ne débloquera aucune somme tant que son expert n’aura pas fait une estimation du bien. Vous pouvez si vous souhaitez être plus serein, demander à votre banque sa liste d’expert, en contacter un et lui demander de venir faire une estimation avant la signature du contrat de vente.

3. Quelque soit la banque, vous pouvez choisir d’emprunter en euro ou en shekels

4.Vous devez  verser la totalité pour que la banque débloque la somme empruntée.Attention en général, le montant de l’apport personnel minimum demandé est plus élevé pour un non résident/touriste (40% à 50%) que pour un nouvel immigrant.

5. Comme en France, vous devrez justifier de vos revenus avec vos 3 derniers bulletins de salaires et votre dernier avis d’imposition.

6. Comme en France, vous pouvez faire jouer la concurrence et faire le tour des banques pour obtenir les meilleures conditions ou si vous préferez confier votre dossier à un courtier qui s’en chargera pour vous .

7. Vous pouvez emprunter auprès d’une banque Française pour un bien immobilier en Israël à condition de pouvoir mettre un bien en garantie situé en France et libre de tout hypothèque.

 

 

Print Friendly, PDF & Email